Le groupe

Comment s’est constitué le groupe de départ ?

Une dizaine de ménages s’est retrouvée en janvier 2010, suite à une petite annonce sur un site internet d’Economie Sociale et Solidaire de l’agglomération grenobloise.

Certaines caractéristiques étaient déjà annoncées pour ce projet d’habitat participatif : un grand groupe, réunissant plusieurs générations, vivant en milieu urbain, avec des solidarités fortes…

3 des ménages actuels se connaissent depuis la création du groupe.

Comment intégrer le groupe ?

Dans un 1er temps, il s’agit de prendre contact avec nous (onglet « Contact » sur le site) ; la commission Accueil organisera un temps d’échange pour répondre à vos premières questions.

Ensuite nous vous inviterons à l’une de nos réunions, autour d’un apéro partagé, pour rencontrer l’ensemble du groupe et creuser un peu plus le sujet.

Financier

Actuellement nous terminons le montage financier de l’opération avec notre partenaire Habicoop. Nous actualiserons le site avec ces données dès qu’elles seront proches du coût de sortie.

Notre démarche favorise la répartition des coûts des logements en fonction de la capacité économique de chaque ménage.

Combien ça coûte ?

Le projet global est évalué à 1 350 000 €.

Combien je vais payer ?

Les coopérateurs achètent des parts sociales de la coopérative et payent une redevance.

Les parts sociales constituent l’apport pour obtenir les financements nécessaires à l’opération, et s’élèvent à environ 15% du coût de l’appartement.

La redevance mensuelle est composée du montant du loyer et de l’apport en compte courant d’associé (on vous expliquera ça de vive voix !).

Le calcul de la redevance mensuelle intègre plusieurs paramètres : surface du logement, revenus du ménage. Dans le projet Graine de bitume le coût du m2 varie entre 6,35 € et 12,50€.

Les locataires du bailleur PLURALIS verseront un loyer autour de 6 € du m2.

Et l’apport financier, à quel moment faut-il le verser ?

Le plus tôt possible après la cooptation si vous voulez faire partie des habitants de Graine de bitume.

Mais il y a toujours la possibilité de faire des dons, à n’importe quel moment, si vous avez envie de soutenir ce projet… !

Acceptez-vous tout le monde ou un revenu/apport est nécessaire ?

Jusqu’alors, nous avons accueilli des gens sans faire beaucoup de distinction économique. C’est ce qui motive aussi le montage solidaire. Pour autant chaque ménage (parmi les coopérateurs) apporte environ 15% du coût de son logement (entre 12 et 25 000€). Cet apport est utile au déblocage de l’emprunt. Il est récupérable.

Aujourd’hui la composition du groupe nous amène à choisir des ménages avec des revenus relevant du Prêt Locatif Social (voir tableau dans l’onglet « On recherche »). Ces 2 ou 3 ménages qui viendront compléter notre groupe seront des familles avec enfant(s), ou projetant d’en avoir d’ici quelques années.

Départ

En cas de départ, comment cela se passe-t- il ?

Lors d’un départ, le coopérateur récupère la valeur de son apport initial, plus les sommes versées au titre du compte courant d’associé.

Il peut s’écouler un délai de 5 ans maxi pour que la coopérative rembourse l’apport initial : cela dépend à la fois de la trésorerie de la coopérative, et de la rapidité à retrouver un nouveau coopérateur. Toutes ces modalités sont définies dans les statuts de la coopérative Graine de bitume.

En cas d’accident de parcours, si un foyer avait des difficultés à payer sa redevance ?

Chaque mois, une partie de la redevance payée par les coopérateurs abonde un fonds de solidarité. Si un coopérateur rencontre un problème, ce fonds peut être utilisé comme avance, afin de ne pas mettre le coopérateur plus en difficulté.

Comment se déroule la succession pour les parts sociales d’un habitant décédé ?

Le successeur hérite de parts sociales ayant une valeur numéraire (et non de logement, ni même de droit au logement) dont la modalité de paiement est la même que pour les autres départs (mais ils peuvent en faire la demande). Les parts sociales sont soumises aux mêmes modalités que lors de départ d’un coopérateur.

Travail et prise de décisions

Comment sont prises les décisions dans le groupe ?

Les décisions sont prises lorsque le groupe estime qu’on est parvenu à un accord unanime, ou du moins à un accord acceptable par tous (parce qu’il n’y a plus d’oppositions). Cette modalité demande de prendre le temps de la discussion, de revenir sur ses propres arguments à partir des positions exprimées par les uns ou les autres. Souvent, les décisions importantes sont prises après plusieurs réunions où le même sujet est rediscuté, jusqu’à cette sorte de consensus. Dans l’intervalle, certaines personnes travaillent à la recherche de nouveaux arguments, d’expériences d’ailleurs, d’alternatives,…pour réduire les écarts.

Le jour où le groupe ne trouvera pas de consensus, la décision sera soumise au vote. Les statuts de la coopérative définissent les différentes dispositions selon qu’il s’agisse de décisions ordinaires, ou extraordinaires ; les modalités de vote et les quorum sont différents selon la nature des décisions (là aussi on tentera de vous l’expliquer de vive voix avec les statuts sous les yeux !).

Une chose est sûre : à Graine de bitume, 1 personne = 1 voix.

Quelle est la fréquence de travail demandé ?

Nous nous réunissons le 10 et le 25 de chaque mois, en « plénière » (sauf l’été, et pas à Noël non plus !).

A cela se rajoutent les séances de travail des différentes commissions (finances, juridique, technique, accueil), ainsi que les rendez-vous avec les partenaires extérieurs (Ville, Métro, bailleur, notaires, architectes et bureaux d’études).

Selon les périodes, la charge de travail de chaque commission varie.

Dans le cadre de l’accompagnement de notre groupe, Audrey, salariée d’Habicoop, participe à certaines de nos plénières, et travaille aussi avec nous à distance avec les membres des commissions.

Architecture

Quel type de construction est envisagé ?

On souhaite que la construction réponde à des exigences de qualité environnementale, avec un habitat respectueux de l’environnement tout au long de son cycle de vie (diminuer la consommation des ressources, utiliser les énergies renouvelables, par exemple…).

Les choix architecturaux seront simples, modestes, et privilégieront les usages. Le bâtiment jouera avec les volumes, les couleurs, les «ruptures» de matériaux, de lignes.

Chaque espace commun a fait l’objet d’un travail pour définir ses fonctions, sa configuration, son organisation, l’équipement mobilier à prévoir. Ces fiches ont été mises à disposition de l’équipe de maîtrise d’œuvre.

Y aura-t- il de l’auto-construction ?

Les ménages qui le souhaiteront pourront se charger des finitions.

Y aura-t- il consultation des besoins individuels pour les parties privées avec les architectes ?

Entre juillet et septembre 2016, les architectes rencontrent chaque ménage, chez eux, pour recueillir leur idée de leur logement. Pour les logements pour lesquels il n’y a pas de ménages identifiés, ce sera le groupe et l’équipe de maîtrise d’œuvre qui définiront les plans.

Doit-on prévoir la taille de son logement en fonction de ses besoins futurs, ou des évolutions seront-elles possibles ?

Nous avons demandé aux architectes de prévoir la possibilité d’évolution d’1 ou 2 logements (agrandissement ou réduction).

A quand prévoyez-vous la date d’emménagement dans les logements ?

Au 1 er semestre 2019

Juridique

Pourquoi avoir choisi la coopérative d’habitants et pas une autre société ?

Le groupe a choisi le modèle de la coopérative d’habitants qui permet à chaque ménage d’être individuellement locataire et collectivement propriétaire. Ce choix s’inscrit dans plusieurs de nos valeurs : la gouvernance démocratique, le refus de la spéculation immobilière (la gestion en parts sociales ne permet pas de spéculer), la solidarité financière entre les membres du groupe, l’accès à un logement abordable pour tous.

Vivre ensemble

Quel mode de vie commune est envisagé ?

Comme dans la plupart des habitats participatifs, nous prévoyons des repas en commun, ouverts aux voisins du quartier, des travaux collectifs (jardinage, rangement, réalisation de petits aménagements), une participation au projet de jardins collectifs du quartier Beauvert.

Le projet Graine de Bitume souhaite s’inscrire dans la vie locale. Plusieurs idées ont été émises pour être en lien avec les habitants du quartier, en s’appuyant sur la salle commune :

  • proposer une table d’hôtes ouverte sur l’extérieur,
  • être un point d’accueil pour une AMAP ou des achats groupés, des échanges de savoirs
  • proposer et accueillir des activités sociales ou culturelles (aide aux devoirs, yoga, réunions de jardiniers, cinéma de quartier...)
  • participer aux actions des partenaires du territoire
  • en dehors des moments de fête et de convivialité, nous prêterons la salle commune lorsque des demandes à caractère public nous parviendront (par des collectifs d’habitants, des associations, un centre social, un conseil de quartier...).